Alexa, Roy et Thomas : ces jeunes qui font avancer la recherche

Portée par l'engagement des scientifiques, la recherche contre le VIH ne cesse, petit à petit, de progresser. A l'occasion du 1er décembre, Transversal a rencontré trois jeunes chercheurs spécialisés en virologie et en immunologie. Ils nous expliquent pourquoi ils ont décidé de consacrer leurs recherches au VIH.

Alexa : « Tout ce que l'on fait dans la recherche contre le VIH peut servir plus largement »

Alexa s’intéresse aux systèmes de défense agissant directement dans la cellule infectée par le VIH et que l’on appelle l’« immunité intrinsèque ». Son attention se porte sur un des éléments de cet arsenal cellulaire antiviral : la protéine SAMDH1.

Roy : « Personnellement, je me sens concerné par le VIH parce que j'appartiens à une population jeune »

Les réservoirs viraux restent l’obstacle majeur à l’éradication du virus VIH. Ces virus dits « silencieux » ou « latents » se cachent dans des cellules « réservoirs » et échappent ainsi au système immunitaire et aux traitements. A l’Institut Cochin, Roy, 31 ans, travaille à comprendre quels sont les mécanismes en jeu dans la mise en place et au maintien de cette latence.

Thomas : « Vu l'ampleur de l'épidémie au niveau mondial, la recherche contre le VIH ne doit rien lâcher »

A 23 ans, Thomas a commencé sa thèse à l’Institut Pasteur où il s’intéresse à comprendre comment le VIH détourne la machinerie cellulaire, permettant aux virus de se répliquer et de se propager dans l’organisme.